Permanence téléphonique U.N.S.A.
Vous avez une question ou un problème, vous souhaitez des renseignements ou partager vos idées...

Vos élus et délégués syndicaux U.N.S.A sont à votre écoute:


Le Mardi et Vendredi
de 9h à 17h

au 05 62 16 78 11

 

Le Jeudi 

de 9h à 17h 

au 04 99 54 95 07



Coordonnées
U.N.S.A Pôle Emploi Occitanie


38 bis rue Louis Plana
31 500 Toulouse

 

1350 avenue Albert Einstein Bat 11

34 000 Montpellier

UNSa Pôle Emploi Occitanie

 

FUSION DES RÉGIONS : RIEN NE CHANGE

A L'UNSa NOUS PENSONS QUE TOUT CHANGERA!!

 

Après les propos du Directeur Général qui considère la fusion des Régions comme un non évènement et malgré les propos rassurants du Directeur Régional l’inquiétude monte au sein des deux structures LR-MP.

 

 

Par la Loi Toulouse est la Capitale Régionale, la DG ayant décidé d’être à proximité des préfectures et des principaux services de l’Etat. Et peut être prochainement sous pilotage de l’Hôtel de Région !!!??

 

 

Nous assistons fatalement à la fusion de deux structures en une. L’Unsa témoigne d’une forme de « no man’s land » et, entre ces deux  lignes de front,  la hiérarchie n’encourage pas le développement collaboratif entre les services.

 

 

L’ Unsa constate que la modalité d’une observation de 6 mois, sans véritables critères fixés, alimentent inquiétudes et questionnement.

 

 

 L’Unsa alerte la Direction sur les risques suivants :

 

  • L’absence de critères clairement définis sur le choix des chefs de services mais aussi de constitution des équipes.
  • De postuler à nouveau sur son poste.
  • D’une mobilité fonctionnelle non préparée et non anticipée.

 

Au moment de l’arbitrage quelles références seront retenues ?

 

  • La résistance à la pression ?
  • Le coefficient le plus élevé ?
  • Les compétences ?
  • L’éloignement ?

 

L’ Unsa, dans un contexte de singularités managériales et d’organisations différentes, observe que :

 

  • Les Chefs de service des 2 régions ont 6 mois pour se caler, or, certains jouent personnel en franc-tireur, et quelques autres n’hésitent pas à faire fonctionner leur réseau pour prendre le leadership. Le risque d’épuisement et de « craquage » est bien réel.
  • Les services de la DR Montpellier sont numériquement supérieurs aux services de la DR Toulouse et la force du nombre peut faire foi.
  • Il n’existe aucune cellule d’accompagnement ne serait-ce que pour recueillir le stress ou les désidératas des collègues.
  • L’ambiance se délite par les non-dits, perplexité, exécution inversée, flottement partisan…

 

Il n’est pas bon de laisser se déchaîner ces ambitions et il n’est pas trop tard pour apaiser la situation.

 

Agir seul est une stratégie à très court terme.  Agir ensemble et soudés c’est ce que nous proposons.

 

 

 

 

TELETRAVAIL: NE VOUS LAISSEZ PAS VOLER LA VEDETTE!!!

 

Si la DG a reconduit jusqu’en décembre 2016 l’expérimentation du télétravail en Midi-Pyrénées, c’est UNIQUEMENT grâce à VOUS !

 

VOUS, les télétravailleurs, qui avez su faire remonter les points forts de ce dispositif !

 

VOUS, les télétravailleurs, qui avez su vous approprier les outils et les techniques !

 

VOUS, les télétravailleurs, qui avez conservé la confiance de vos managers malgré la distance !

 

VOUS, les télétravailleurs, qui avez su vous réapproprier vie familiale et professionnelle !

 

VOUS, les télétravailleurs, qui avez su combattre les stéréotypes du travail à domicile ou en proximité !

 

VOUS, les télétravailleurs, qui avez combattu les votes contre et les abstentions ! 

 

Ne vous laissez pas avoir par certaines Organisation Syndicales qui s’approprient le succès de cette expérimentation

 

L' UNSa vous invite à prendre le temps de naviguer sur l’Intranet Région (RessourcesHumaines MP / Relations Sociales / Représentants du Personnel / CHSCT / PV des réunions). 

 

Vous pourrez y consulter le PV de la réunion du CHSCT du 7 octobre 2014, détaillant le passage au vote de chaque O.S sur l’expérimentation TELETRAVAIL … (à partir de la page 10) 

 

L’UNSa a toujours soutenu ce projet, défendu et protégé les salariés dans le but d’améliorer leurs conditions de travail :

 

« En l’absence de notre élu, nous n’avons pu prendre part au vote mais nous tenons à exprimer le fait que l’Unsa est favorable à l’expérimentation du télétravail dans notre région. Des engagements ont été pris par la Direction mais nous restons vigilants par rapport à la mise en place et pour avoir des points réguliers en CHSCT afin de pouvoir apporter des actions correctives en temps et en heure. »

 

La réussite, c’est VOUS, et non les O.S qui n’étaient pas favorables ou abstentionnistes… 

 

 

Le plan de formation 2016/2018 & Orientations formation 2016/2018 : 

 

L’UNSa s’abstient car le plan de formation à venir est présenté avec des orientations 

de développement de compétences or à ce jour nous manquons d’informations sur les 

actions qui leur seront associées.

 

Pour preuve la place de l’entretien conseil et du diagnostic n’apparait pas 

suffisamment dans le parcours de formation initiale et continue. 

 

De plus, les modules CEP et les évolutions informatiques liées tardent à se développer 

pour tous les agents et les formations NPDE, AOSI et Emploi Store sont dispensées sur 

des temps de formation réduits, en auto apprentissage, sans pour autant valider 

l’intégration et l’assimilation des évolutions. 

Si tel était le cas, il ne serait pas nécessaire de revenir 4 demi-journées en formation 

sur le projet NPDE, ses attentes et ses alertes ni même d’apporter un appui en 

urgence aux équipes de direction sur les outils de pilotage …

  

Enfin, pour l’UNSa, il est indispensable qu’une instance soit créée (CPNE, CPNF …) au 

niveau national avec les partenaires siégeants et représentatifs afin qu’elle puisse

intervenir sur la validation de parcours liés à nos métiers. Nous serons bientôt le seul 

établissement à ne pas apparaitre sur le site officiel du CPF et nos salariés ne peuvent 

pas mobiliser leur CPF, sauf  sur des parcours qui n’ont rien à voir avec notre cœur de 

métier … ! 

 

Comme en 2014 et 2015 avec la NCAC, NPDE, la classification, en 2016 Pôle Emploi est 

dans une continuité de dossiers urgents qui sont chassés par de nouvelles urgences et 

de nouveaux projets qui annihilent les plans de formation prévus. 

 

L’UNSa est pour la construction et la mise en place immédiate d’un plan de formation 

réfléchi et ambitieux à moyen terme pour donner de la lisibilité au développement de 

compétences, en privilégiant soit une méthode pédagogique connue et maitrisée, soit 

de la véritable pédagogie inversée. 

 

C’est pourquoi l’UNSa LR MP s’abstient sur le plan de formation 2016/2018 et sur les

 

orientations formation 2016/2018.

REGROUPEMENT DES ÉTABLISSEMENTS MIDI-PYRÉNÉES ET LANGUEDOC ROUSSILLON
L’ UNSa s’abstient car même si cette mise en place nous est imposée par la réforme territoriale de l’Etat et qu’il est cohérent de s’y conformer, nous demandons une communication et une transparence irréprochable vis-à-vis de nos collègues sur le sujet.
L’ UNSa demande que l’organigramme dans sa déclinaison opérationnelle soit échangé avec l’ensemble des élus le plus rapidement possible.
En effet, beaucoup de nos collègues des Directions Régionales s’interrogent légitimement suite à des réunions de services qui ont lieu en octobre dernier dans lesquelles il leur a été annoncé qu’il n’y aurait aucune mobilité géographique imposée.
De plus, nous demandons de prendre en compte les inquiétudes des collègues en expliquant clairement ce que représente exactement la mobilité fonctionnelle, son accompagnement et ses conséquences.

L’accès direct du DE à son conseiller référent et développement des services personnalisés (avec ouverture des agences sur R.D.V les après-midi)


S’agissant de l’accès direct du demandeur d’emploi à son conseiller, l’UNSa s’abstient et pose des alertes sur les conditions d’accès des rendez-vous l’après-midi et notamment sur la sécurité des personnels en charge de la gestion des ouvertures et des fermetures.

L’UNSa pointe également de nombreuses incertitudes dans la logistique de ce choix d’organisation et s’inquiète notamment du report de flux sur les matinées.

Le projet se déploie alors que dans les régions en expérimentation, des évolutions d’organisation ont toujours lieu.

Ce projet aurait mérité un retour d’expérience plus long, qui permettrait également aux E.L.D sur Midi Pyrénées d’avoir des outils appropriés et de pouvoir communiquer et rassurer les collectifs.

Enchainer la formation NPDE et ne pas avoir de réponses organisationnelles sur son agence ne peut être qu’une source d’inquiétude.

CE : UN RELIQUAT A DISTRIBUER

L’UNSa dit OUI à une redistribution à TOUS les agents de MIDI PYRENEES !

A l’ UNSa, nous avons toujours défendu cette position d’une redistribution d’un montant égal pour TOUS sans application de la moyenne économique.

A l’UNSa nous nous félicitons de l’excellente gestion de cette mandature. L’ensemble des organisations syndicales a su travailler intelligemment dans l’intérêt des agents. Rendons à César ce qui appartient à César…

Par contre, il y a peu de temps encore, certaines d’entre elles souhaitaient répartir ce reliquat sur l’ensemble des agents Midi Pyrénées mais aussi ceux de Languedoc Roussillon avec moyenne économique !

Il semblerait donc que certaines n’hésitent pas à revenir sur leur décision initiale !

Que peut-on en penser ? Une stratégie comme une autre à l’approche des élections ?

Nous ne nous avancerons pas sur le montant qui sera redistribué mais l’ UNSa fait le choix d’une distribution sous forme de chèques vacances.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des décisions qui seront prises très prochainement concernant ces modalités et les montants redistribués

Plan de formation 2014 et Plan de formation 2015


La position de l’UNSa : simple, et réaliste.


L’UNSa demande à la Direction Régionale, au travers de toutes les instances depuis de longues années de développer les compétences des conseillers et de les aider dans la phase de diagnostic.
Le suivi mensuel avait été mis en place sans formation. Les conseillers faisaient au mieux.


En 2014, le plan de formation intègre la formation OTLV, la formation CEP et la formation de la nouvelle convention Assurance chômage NCAC.
Ces formations sont « obligatoires » mais sont attendues par les conseillers et la satisfaction est au RDV.


Les RRA sont également formés pour venir en appui des conseillers et soulagent les REP de nombreuses tâches et questionnements.


Alors Oui nous voyons arriver de façon positive et favorable ces formations.
Nous demandons une poursuite du développement de la formation CEP entre autres pour tous les conseillers.


Pôle Emploi se doit d’être l’acteur majeur du diagnostic, de la validation de projet, et de la construction du plan de formation du Demandeur d’Emploi.


Les conseillers doivent maitriser des outils qui sont en développement (IMT, RIASEC, 8
compétences…) mais qui ne pourront être qu’un appui au diagnostic fait en entretien.


Celui-ci reste l’acte majeur et permettra d’emporter la satisfaction de notre public au travers de ces enquêtes et indicateurs que la Direction prend soin d’analyser régulièrement.


En revanche, l’UNSa s’est abstenue lors du vote pour le bilan prévisionnel de 2015 car le
plan de formation est en cours d’une part et que d’autre part nous mesurons difficilement le déroulement de la formation NPDE qui emporte presque tout sur son passage et qui décale les besoins de formations que les agents avaient relayé auprès de leur ELD…. au 1er trimestre 2016 au mieux.


Concernant les formations individualisées des agents (CIF, CFP, DIF et CPF), la Direction nous assure de sa bienveillance sur les demandes des conseillers et n’a refusé aucune demande. Elle précise utiliser une liste d’actions prioritaires (issues d’une démarche VAE, issues du socle de compétences et celles validées par le COPANEF)


Donc si les agents souhaitent suivre une formation CPF, et que cette action de formation est dans la liste énoncée par la Direction elle devrait recevoir un accueil très favorable, et cela même si la formation se déroule tout ou partie durant les horaires de travail.


CAMPAGNE DE PROMOTION 2015 … C’est parti !

 

POUR LES COLLÈGUES DE DROIT PUBLIC


Dans le cadre de la Commission Paritaire Locale de fin d’année « CPL CARRIERES », les collègues de droit public, éligibles pourront bénéficier, en fonction de leur situation individuelle, soit :

 

·         d’un avancement accéléré de 12 mois,

·         d’un accès à la carrière exceptionnelle.

 

Les agents proposables à l’avancement accéléré sont ceux dont le prochain avancement est fixé en 2017.

 

La CPLU CARRIERES devra se réunir le jeudi 17 décembre 2015 

 

POUR LES COLLEGUES DE DROIT PRIVE

 

du 1er septembre au 28 octobre 2015 : examen par votre  hiérarchie de votre situation. Il faut savoir que chaque Managers a reçu un tableau récapitulatif, précisant votre dernière promotion votre ancienneté, votre coefficient actuel. La Direction Régionale, accorde une attention particulière aux collègues non promus depuis 3 ans révolus.

 

Concernant la promotion, l’UNSa vous rappelle les 2 possibilités prévues par la CCN (article 19) :

·         le coefficient

·         le relèvement de traitement

 

L’UNSa rappelle que La Direction Régionale considère que la prime est une promotion, la CCN en décide autrement…. Que dit l’article 19 de la CCN ? :

 

19.1 Augmentations individuelles

 

Les augmentations individuelles de salaire ont lieu au choix, sans limitation, soit par relèvement de traitement dans le même coefficient, soit par promotion à un échelon plus élevé du niveau de qualification, soit au coefficient de base d'un niveau de qualification supérieur.

 

19.2 Relèvements de traitement

 

§1 Les relèvements de traitement ne peuvent être inférieurs à 3 % du salaire antérieur.

 

§2 Ils sont accordés lors de l’examen des situations individuelles des agents au cours duquel il est tenu compte de la qualité du travail, selon des critères objectifs en vue de garantir l'égalité de traitement et la non discrimination entre les différentescatégories de personnel. Les critères retenus sont présentés au CCE et aux CE lors de la consultation sur la mise en œuvre de l’entretien professionnel annuel.

 

§3 Pour les cadres, il est, en outre, tenu compte de leur esprit d’initiative et d’organisation, du fonctionnement du service dont ils ont la responsabilité et du contexte d’exercice des fonctions,


19.3 Promotions

 

§1 La promotion d’un employé, d’un technicien ou d’un agent de maîtrise d’un coefficient au coefficient immédiatement supérieur comporte une augmentation de traitement au moins égale à 3,5% du salaire de base antérieur.

 

§2 Pour les cadres, compte tenu des écarts existants entre les coefficients attribués à cette catégorie dans la grille de classification, et du fait que l’accès au coefficient immédiatement supérieur soit plus long que pour un non cadre, l’augmentation de traitement est au moins égale à 5 % du salaire de base antérieur §3 Un bilan statistique détaillé et sexué des augmentations individuelles intervenues dans l'établissement dans l'année est présenté annuellement aux institutions représentatives du personnel compétentes. 

 

le 29 octobre au plus tard : prise de décision par la Direction Régionale

 

1ère quinzaine de novembre 2015 : information aux agents promus ou bénéficiant d’un avantage de carrière.

1er janvier 2016 : effet sur la paie de la décision de promotion ou avantage de carrière

 

LE CONTROLE DE LA RECHERCHE D'EMPLOI : L'UNSA S'ABSTIENT 


Nous vous avions présenté ce sujet le mois dernier.

Pour rappel : une équipe de 9 agents sera mise en place sur le site de Balma II avec un manager dédié qui dépendront du service Production. Les conseillers contrôleurs travailleront sur des publics cibles, des requêtes ou sur des remontées du réseau.

Un appel à mission d’une durée de 24 à 36 mois sera lancé sur l’ensemble de la région Midi Pyrénées. Les conseillers retenus ne seront pas remplacés dans les agences.

Lors du vote sur ce sujet, L’UNSA s’est abstenu.

En effet, même si cette activité fait partie des compétences des conseillers nous estimons que reprendre le contrôle sur la gestion de la liste par une équipe spécialisée peut être un plus mais ce n’est peut être pas le bon moment ; tout est affaire de moment et de moyens…
Par ailleurs,  l’UNSA a alerté sur la relation installée entre le DE et son conseiller référent qui pourrait être cassée par un contrôle non approprié.
Les DE peuvent communiquer sur des éléments qui peuvent ne pas être écrits dans des dossiers et sans la connaissance de ces éléments ces DE peuvent être considérés comme pouvant ne pas faire de recherches effectives et donc être sanctionnés.

LA CLASSIFICATION

L’UNSA a clairement soutenu et défendu le projet de référentiel métier et de classification même si nous n’avons pas pu le négocier car nous ne sommes pas représentatif au niveau national.

Cependant l’UNSA a toujours défendu ce projet de classification auprès de la Direction Générale et se félicite de sa future mise en place malgré les recours de certains syndicats.

Depuis longtemps la majorité de nos adhérents et l’ensemble de agents attendent avec impatience à la fois une clarification de leur situation par rapport au référentiel des métiers et la mise en œuvre de ce projet, même si celui-ci comporte des imperfections et des faiblesses. Nous défendons la mise en œuvre de ce projet dans toutes les instances où nous sommes représentés.

C’est pourquoi, aujourd’hui, nous avons voté « pour » sur ce sujet.

CLASSIFICATION : quelques nouvelles !

 

L’application de la nouvelle classification devrait rentrer en vigueur le 1er avril 2016 sans rétroactivité.

 

Le calendrier prévisionnel concernant la classification :

 

        début septembre 2015 : le CCE sera consulté sur les modalités de déploiement, ceci afin de valider définitivement le processus

        septembre -octobre 2015 : formation des services R.H

        octobre à janvier 2016 : formation des managers (conduite des entretiens de repositionnement et de rattachement)

        début 2016 : entretiens individuels de repositionnement

 

EP/EPA & PROMOTION

 

ous les EP/EPA devront être terminés et remontés au service R.H avant le 31 août 2015.

Soyez donc vigilant et n’oubliez pas de le signer et d’apposer des commentaires si vous le souhaitez !

 

 

Cette année la campagne de promotion est avancée. Elle débutera au mois de septembre pour se terminer fin octobre.T

 

A noter que la promotion ne sera effective qu’à compter du 1er janvier 2016.

 

Élections professionnelles :

 

sortir de la confusion au plus vite en signant l’accord de prorogation des mandats

 

La loi du 16 janvier 2015 nous impose la création de nouvelles Régions administratives. La Direction Générale de Pôle Emploi a décidé d’aligner le périmètre des établissements sur celui des nouvelles Régions. Il en résultera un seul établissement Pôle Emploi pour Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées  à compter de 1er janvier 2016.

 

Nous avons immédiatement exigé des garanties pour le personnel et notamment, l’absence de mobilité géographique forcée.

 

Nous nous battons actuellement pour empêcher toute rupture de représentation du personnel à partir du 16 novembre 2015. En effet, les élections professionnelles en Midi-Pyrénées étaient prévues à cette date. Nous demandons donc :

 

la prorogation des mandats élus (CE/DP) jusqu’au 31 décembre 2015,

 

-  la prorogation des mandats (Délégués Syndicaux et Représentants de Sections) jusqu’à la date de proclamation des résultats du 1er tour du scrutin ;

 

-  l’organisation des premières élections professionnelles au sein du nouvel établissement sur le 1er trimestre 2016

 

Pour rappel : s’il n’y a pas d’Instances Représentatives du Personnel dans un délai raisonnable en 2016,  cela aura pour effets :

 

 - de suspendre  l’accès aux Activités Sociales et Culturelles pour les salariés de Pôle emploi jusqu’à la mise en place des instances

 

 - d’empêcher toute négociation permettant d’obtenir des garanties pour les salariés ou tout type d’action visant à défendre leurs acquis dans cette période.

 

Nous demandons à l’ensemble des Organisations syndicales de prendre leurs responsabilités et d’agir pour empêcher toute absence de représentation des salariés.


Sachez que l’UNSA, a décidé de valider cet accord et le signer dès son ouverture.

 
 

RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES

Même si certains points de l’analyse sont dignes d’intérêts, en particulier sur les aspects organisationnels et financiers (utilisation des moyens), les constats ne peuvent pas être pris tels quels et nous nous félicitons de la prise de position, une fois n’est pas coutume, de notre DG et des membres du Conseil d’Administration qui ont clairement défendu le travail des agents.

 - en ce qui concerne l’abandon supposé des entreprises, nous rappelons  la mise en place des conseillers dédiés à l’entreprise.

en ce qui concerne la prise d’offre, nous rappelons  le dispositif d’agrégation des offres de nos partenaires et le déploiement de la nouvelle offre de service aux entreprises : la notion d’offre utile, le choix qualitatif et non plus quantitatif de recueil des offres.

en ce qui concerne la reprise d’emploi, ne nous trompons pas de cible : les 12% annoncés ne sont pas significatifs et ne reflètent aucune réalité mesurable. On oublie  tous les outils fournis aux DE (Atelier, TRE, soutien…)

Les agents se sentent dénigrés par la presse démagogique qui s’empare de ce rapport pour tirer sur l’ambulance. 

Personne ne peut imputer les chiffres du chômage aux agents de Pôle emploi et les stratégies
politiques ou économiques de ceux qui en profitent ne semblent pas connaitre nos missions, nos valeurs et nos métiers.

La décision du TGI de Paris est tombée:  l’accord classification est valable.

Ci-dessous un extrait de la décision :

                                   

« Dit que l'opposition formée à l'entrée en vigueur de l'accord du

19 décembre 2014 relatif à la classification des emplois et à la révision

de certains articles de la convention collective nationale de Pôle Emploi

n'est pas régulière et que l'accord est à ce titre valable... »

 

« Ordonne l'exécution provisoire »

 

Roger Lemelin (journaliste) disait : « la justice n’est que l’intérêt du plus grand nombre »

 

Et pour une fois c’est totalement vrai tant cet accord classification va profiter à un très grand nombre d’agents.

 

N’oublions pas non plus que le Secrétaire d'Etat à la Réforme de l'Etat, Thierry Mandon vient de présenter un plan drastique d’économies à faire sur les opérateurs publics et que les 1% supplémentaires accordés dans le cadre de cette classification sont un peu à contre courant des projets gouvernementaux. 

 

L’Unsa avait suivi le processus de négociation et avait été reçu plusieurs fois par la direction générale pour lui faire part de ses observations et propositions sur le projet d’accord.

 

Aujourd’hui nous sommes satisfaits du dénouement et nous voulons féliciter les 3 organisations syndicales signataires de cet accord pour leur persévérance.

 

Nous devons maintenant tous ensemble mettre en œuvre cette nouvelle classification.

 

L’Unsa demande à la direction générale de communiquer rapidement sur les suites à donner et les premières actions à mettre en œuvre.

 

Le processus électoral en cours ne va pas faciliter les choses, mais les commissions de recours composées des représentants du personnel devront fonctionner normalement pour garantir la bonne application du repositionnement des agents. 

L'Entretien Professionnel/ L'Entretien Professionnel Annuel

Chaque agent va se voir proposer un Entretien Professionnel, en plus de l’E.P.A existant. C’est une nouvelle obligation légale faite à tout employeur. Il est destiné à envisager vos perspectives d’évolution professionnelle et les formations qui peuvent y contribuer, l’objectif étant de mettre en place un véritable accompagnement (changement de poste, promotion…), identifier vos besoins de formation et les moyens et délais de mise en œuvre.

Le but : envisager un projet professionnel identifié et partagé en lien avec vos attentes et celles de notre établissement régional.

L’UNSA vous propose un mémento concernant ces 2 entretiens en vous reportant à la rubrique " NOS BULLETINS D'INFORMATION" et cliquez sur l'UNSA NEWS de mai 2015 spécial EP & EPA.

Les MOOCs : KEZACO ???

 

Ces cours sont prodigués sous forme de vidéos par des collaborateurs Pôle emploi avec l’aide d’intervenants extérieurs des entreprises (Carrefour, Pomme de Pain et France Loisirs).

Chaque formation dure 4 semaines à raison de 2h environ de travail hebdomadaire…

 

Les MOOCs vont permettre aux DE les plus autonomes de profiter de la richesse de nos ateliers en toute liberté et à leur rythme. Mais du coup, que ferons nous pour tous ceux qui en ont le plus besoin et pour qui la révolution digitale n’est pas à portée de main ou de souris ????

Si l’UNSA, accorde un intérêt sur l’évolution numérique et digitale, toutefois, nos interrogations et nos alertes portent sur les points suivants :

 

1. Bien qu’il y ait un modérateur pour contrôler les échanges entre les participants, ceux-ci devront ils signer une charte de « bonne conduite » avant de voir leurs écrits publiés en ligne ?


2. Y aura-t-il un nombre minimum ou maximum d’inscrits sur chaque MOOCs ?


3. Il y a un calendrier de démarrage des inscriptions, est ce que les personnes pourront s’inscrire sur les 4 MOOCS simultanément ou devront elles avoir terminé un MOOC avant de s’inscrire sur un autre ?


4. Est-ce que ces MOOCs remplaceront à terme les ateliers animés en agence par les conseillers ?


5. Comment la communication sur la mise en place et le démarrage de ces MOOCs va-t-elle être faite ?


6. Si les conseillers doivent la faire, comment seront-ils formés ? Sur quel temps ? S’ils n’en ont pas de dégagé devront-ils seulement avoir la curiosité de les consulter sur l’Intranet (hors temps de travail)?

MAIL.NET

 

Un autre exemple de la dématérialisation des échanges avec les usagers, puisque tous les DE ont accès, depuis leur espace  personnel, aux coordonnées mail.net de leur conseiller.

Conséquence : notre délai de réponse. Il doit être de 72H, nos portefeuilles étant déjà très largement fournis, mais QUAND pourrons-nous traiter ce flux entrant ?

 

L’UNSA a toujours exigé que cette activité supplémentaire soit planifiée en tant que telle.

Pour que cette activité soit identifiée, l’UNSA propose qu’elle soit attachée à une plage GPF portant l’intitulé : « Traitement mail.net »

 

GED

 

Depuis janvier 2015, les DE peuvent envoyer leurs justificatifs (bulletins de salaire, AE) depuis leur espace personnel.

Jusque là, le traitement était assuré par le façonnier…. Depuis la dernière livraison du SI, ces documents, ainsi que d’autres (excuses à rdv, etc.) arriveront sur la GED Demandeurs d’emploi et devront être traités sur site !

 

Conséquence : une attente supplémentaire à traiter, l’UNSA espère que les organisations sur site seront adaptées aux innovations de Pôle Emploi ! (cf. mail.net)

 

Encore une fois, les ELD vont devoir revoir leur stratégie de planification en fonction de ces éléments nouveaux…

L’ENTRETIEN PROFESSIONNEL

 

La loi n°2014-2088 du 05 mars 214 qui a créé le CEP, le CPF légalise l’entretien professionnel obligatoire.

 

L’employeur a désormais l’obligation légale de proposer à chaque agent, tous les 2 ans et au retour de congés de longue durée un entretien professionnel. Si l’EPA porte sur l’évaluation du travail des agents, l’entretien professionnel doit porter sur les perspectives d’évolution professionnelle, notamment en terme de qualifications et d’emploi.

Tous les 6 ans cet entretien permettra d’apprécier le suivi d’actions de formations, la progression salariale ou professionnelle ou l’acquisition de certification par la formation ou la VAE.

 

Toute personne embauchée après le 01/09/2013 n’est pas concernée par la mise en place de cet entretien professionnel pour la campagne de cette année.

 

Au niveau de l’organisation :

 

Prévenance 15 jours avant l’entretien et par écrit,

 

Possibilité de le refuser par l’agent,

 

Durée 1 heure et sans temps de préparation,

 

Compte rendu écrit et alimenté par l’outil SIRH,

 

Cet entretien pourra être réalisé à la suite de l’EPA. 


LES PRESTATIONS 2015 SONT ARRIVEES!!!!

 

Les prestations qui vous sont proposées sont le fruit d’un travail commun de la commission des ASC et aucune organisation syndicale ne peut s’attribuer, à elle seule, le bénéfice de celles-ci.

 

L’UNSA s’était fixé comme objectif de proposer à nouveau un budget équilibré dans la continuité des prestations connues jusqu’alors et n’a pris aucune décision contraire à ses idées et ses valeurs.

 

 

 

Vous trouverez ci-après les prestations 2015 qui seront très prochainement en ligne sur le site du CE www.ce-midipy.com  où toutes les informations, les formulaires et les notes explicatives seront à votre disposition.

 

PRESTATIONS AGENTS 2015

 

 

 

 

TRANCHES

MONTANT DE L’AIDE

AUX VACANCES

PACK LOISIRS (Billetterie, Sport, Culture )  120 €

< 10.000 €

340 €

FIN D’ANNEE : 100 €

de 10.000 € à 17.000 €

270 €

EVENEMENTS FAMILIAUX : 50 €

de 17.001 € à 24.000 €

220 €

 

> 24.000 €

170 €

 

 

PRESTATIONS ENFANTS 2015

 

 

 

TRANCHES

MONTANT DE L’AIDE

ENFANTS – DE 18 ANS

FIN D’ANNEE : 60 €

< 10.000 €

450 €

 

de 10.000 € à 17.000 €

380 €

 

de 17.001 € à 24.000 €

300€

 

> 24.000 €

220 €

 


 

GARDE D’ENFANTS

BOURSE DE SCOLARITE

TRANCHES

0-3 ans

4-6 ans

6-12 ans

12-15 ans

15-18 ans

18-24 ans

< à 10.000 €

400 €

60 €

70 €

110 €

130 €

170 €

De 10.000 € à 17.000 €

330 €

40 €

50 €

90 €

100 €

140 €

De 17.001 € à 24.000 €

260 €

30 €

40 €

70 €

80 €

110 €

> 24.000 €

200 €

20 €

30 €

50 €

60 €

90 €

 

Réunion Trimestrielle de l'UNSA


Nous vous informons que la prochaine réunion trimestrielle de l'UNSA Pôle Emploi Midi-Pyrénées, se tiendra le : 

 

Mardi 3 mars 2015

de 09 h 00 à 16 h 00 

 

 Veuillez nous faire parvenir par mail votre participation avant le

24 février 2015 dernier délai

 

Vous recevrez alors le lieu de la réunion, l'ordre du jour, ainsi que la procédure des heures sur Horoquartz.

Conseillers à dominante entreprise : ABSTENTION DE L’UNSA !!!

Certaines évolutions demandées lors du CE précédent ont été bien intégrées dans le tronc commun à savoir :

 

● Montage et suivi des mesures pour l’emploi

● Traitement des activités BODOS

 

Tous les conseillers, qu’ils soient issus de l’intermédiation ou GDD, pourront donc se positionner sur ces postes sans avoir peur de perdre leurs compétences initiales.

 

33 sites débuteront cette nouvelle activité dès le mois de mars et 17 autres suivront au mois de juin.

 

187 conseillers travailleront sur ces postes en Midi Pyrénées.

 

En fonction de la charge d’activité des différentes agences les conseillers consacreront  20 à 40% de leur temps de travail aux activités communes, le reste sera consacré aux activités en lien avec les entreprises..

 

Les conseillers à dominante entreprise n’auront plus en charge de portefeuille de demandeurs d’emploi.

A ce jour, la Direction n’a pas pu nous dire l’impact que cela aura sur les portefeuilles des collègues en agence car l’augmentation de ces portefeuilles dépendra de la taille des portefeuilles laissés par les futurs conseillers entreprise.

 

La Force de Prospection Sud Ouest, basée à Tarbes, disparait.

Les 4 agents concernés, après concertation, seront affecté dans le réseau selon leur choix.

 

Même si l’UNSA a toujours défendu l’idée de valoriser la relation de Pôle Emploi avec les entreprises  et que la volonté de renforcer les liens soit un plus, nous ne pouvons que nous abstenir à la généralisation du métier de conseiller à dominante entreprise dans les conditions énoncées par le bilan de l’expérimentation.

 

En effet, nous nous interrogeons toujours sur certains aspects concernant les conditions de travail :

 

        Il existe trop de disparité entre agences pour qu’il y ait une équité entre les différents sites de Midi Pyrénées.

 

     Les ELD s’appuieront sur la fiche métier « conseiller à dominante entreprise » pour mettre en place les activités des conseillers. Seulement l’idée, évoquée par la Direction Régionale, de ne pas rester sur ces postes plus de 2 ans et de devoir tourner au sein des agences sur ces postes nous fait plutôt penser à une notion de mission.

 

        Il serait bon de savoir comment sera résolue l’absence de volontariat en agence

 

CLASSIFICATION: CE QUI DOIT ÊTRE DIT!!!


La classification : En réalité de quoi parlons-nous ? De garder l’actuelle classification qui date de l’époque des ASSEDIC et qui ne concernait, jusqu’à la fusion, que les personnels de cette institution ?? L’UNSA abandonne l’actuelle classification sans hésiter.

 

La classification actuelle garantie t’elle un déroulement de carrière automatique ?

Est-elle transparente et juste ?

Permet-elle un déroulement de carrière long en conservant son emploi ?

Reconnait-elle la double compétence des conseillers ?

Inscrit-elle dans le marbre un taux de promotions annuel à 8% … ?

 

La réponse est clairement non !

 

Dans son analyse du projet, l’UNSA constate des avancées qui ne sont ni complètes, ni idéales.

Bien sûr, nous ne sommes pas dans la comparaison avec un statut d’agents publics avec des avancements d’échelons automatiques et le passage d’examens ou de concours.

Le projet de classification est ouvert à signature jusqu’au 19 décembre.

Chacun peut constater qu’entre la 1ère et la 4ème version, entre juin et décembre 2014, le projet de classification a évolué. La fermeté des agents semble avoir payée !

Chaque agent de Pôle Emploi doit se reconnaître dans cet accord, les incompréhensions, les doutes devront être levés.

Après les échecs successifs sur les risques psychosociaux, les primes, l’accord senior… nous espérons que les intérêts collectifs emporteront la décision.

 

Points positifs :

            Le volume des promotions représente chaque année 0,8% de la masse salariale brute des agents de droit privé. Ce principe est pérennisé.

            L’article 19 est « acquis par l’agent et intégralement cumulé en cas de promotion aux échelons supérieur » (art 5.1.2 § 19.C).

            Par l’amplitude associée à chaque emploi, cet accord offre une bonne possibilité de déroulement de carrière. Par exemple, un conseiller peut dérouler sa carrière sur le niveau «E » (agent de maîtrise) en restant conseiller, sans avoir à prendre de responsabilité managériale.

            Disparition de la multiplicité des échelons par coefficient.

            Possibilité d’entrer dans le métier de psychologue en interne, sans expérience, au niveau E1 avec une progression annuelle d’échelon jusqu’au niveau F1.

 

Points négatifs :

            Les nouveaux agents seront les plus impactés par cette nouvelle classification :

Aujourd’hui recrutés à l’indice 170 (nouvelle classification B1), ils gagnent 20 points à 6 mois d’ancienneté :

De 170 à 190 = 20pts x 7.76 valeur du pt = 155.20 €

Demain, ils passeront à l’échelon B2 (équivalent 180) au bout d’1 an :

De 426 à 453 = 27 pts x 3.10 nouvelle valeur du pt = 83.70 €

            Après 3 ans sans promotion et après un examen systématique négatif, les agents devront attendre la campagne de promo suivante pour se voir proposer un plan d’actions (6 mois maxi) dont le résultat sera jugé lors de la campagne suivante ; ce qui peut représenter potentiellement 5 ans sans évolution ni aucune assurance d’en bénéficier après.


Toutes les organisations syndicales concernées vont-elles signer la classification ? Rien n’est moins sûr. En effet, les postures et le poids du passé peuvent largement influencer les décisions, même quand l’intérêt général est en jeu.


Agents de Pôle emploi, vous avez tous les trois ans entre vos mains le pouvoir de désigner les organisations syndicales qui demain signeront des accords avec la direction, ou pas (voir feu l’accord séniors) !… Comme vous pourrez le constater dans les jours à venir, votre vote est lourd de conséquences sur votre emploi, votre salaire, votre déroulement de carrière.           


Le Compte Personnel de Formation (CPF)


A partir du 1er janvier prochain, tout actif aura un compte personnel de formation. Un dispositif qui devrait faciliter l’accès à la formation continue. Mais attention, il ne devrait pas être accessible avant quelques mois……
Il est ouvert à toute personne qui entre dans la vie active dès l’âge de 16 ans en CDD, en CDI ou en alternance et qui le restera pendant les périodes de chômage.
Alimentation du compte:
Tout salarié acquiert 24 h/ an à temps complet jusqu’à l’acquisition de 120 h. Puis, 12 h/ an dans la limite de 150 h. Ce compte sera géré par la Caisse des dépôts. Les droits au DIF acquis et non utilisés seront mobilisables jusqu’en 2021 selon le régime du CPF.
Pour les salariés à temps partiel, les droits seront proportionnels à la durée du contrat.
Pour plus de visibilité, les DE pourront prendre connaissance du nombre d’heures créditées sur leur compte et des listes de formation éligibles sur le site:


www.moncompteformation.gouv.fr


Formations éligibles au financement via le CPF:
Formations «permettant d'acquérir le socle de connaissances et de compétences», certifiantes (ou permettant d'obtenir une partie de certification professionnelle), qualifiantes et/ou diplômantes).
Ces formations doivent figurer sur une liste établie par la Commission Paritaire Nationale Emploi Formation (CPNEF) de la branche dont relève l’entreprise, par le (futur) COPINEF, ou par le (futur) COPIREF (en l’absence de liste régionale, le PRF fait office de liste).
2 autres listes seront élaborées à destination des DE.


Mise en œuvre:
- Par le salarié -> hors temps de travail ou sur le temps de travail, avec l’accord de l’employeur (accord non nécessaire en cas d’abondement de 100 h pour non gestion du parcours, ou formations visant l’acquisition du socle de compétences). Cet abondement
correctif est majoré à 130 h pour les salariés à temps partiel.
- Par le demandeur d’emploi -> avec l’accord de Pôle Emploi si nécessité d’abondement / sans accord si crédit suffisant.
Un projet éligible au CPF peut être financé par le dispositif CPF (0.2%), la période de professionnalisation ou le CIF.


Financement:
Par l’OPCA ou le FPSPP selon que la formation relève de priorités de branches ou de priorités nationales/régionales.
Abondements possibles par l’employeur, le bénéficiaire, l’OPCA (selon les orientations fixées par les branches professionnelles), Pôle
Emploi, le Conseil régional, l’AGEFIPH,...



L'avenir dans nos agences?!!!

 

Nous en convenons et nous ne le cachons pas, la fin d’année sera difficile au sein de nos agences.

Les dossiers et les périphériques (DALs, Rechargement, AE isolées, bulletins de salaires…) en attente de traitement, s’accumulent, le flux à l’accueil devient de plus en plus lourd et pesant, les appels sur la plateforme téléphonique débordent de tous côtés

 

Les sollicitations par tous les canaux (courriel, mail, boite mail agence, 3949, …) se multiplient sans simplifier le traitement. 

 

Bref à l’heure actuelle, il faut travailler dans l’urgence, mettre en place des heures supplémentaires qui n’arrivent pas à absorber le retard….demander aux collègues de l’intermédiation, volontaires, de s’intéresser de plus près à l’indemnisation en tenant des postes clés comme l’accueil par exemple alors que cette nouvelle convention d’assurance chômage modifie pleinement le système de traitement…

Et rajouter à cela… les livraisons informatiques qui mettent à mal l’ensemble de nos services durant 2 jours continus et une dégradation du service rendu aux Demandeurs d’Emploi…. 

 

Comment s’y retrouver en ce moment ? 

 

L’UNSA n’a jamais stigmatisé ou comparé un site ou un autre ou encore un autre… mais préfère remercier le travail effectué par les collègues GDD ou double compétences (oui nous reconnaissons ce terme, n’en déplaise à certains…).

 

L’UNSA souhaite également remercier les collègues qui ont participé de près au traitement sur les plateformes de mutualisation mises en place par la Direction Régionale afin d’absorber les demandes d’allocations en souffrances…. 

 

Seulement voilà à trop tirer sur la corde elle finit par se casser…et à tout niveau d’emploi Et comme disait Françoise Giroud « Ce sont des moments où il faudrait pouvoir porter un bras en écharpe, un plâtre, un pansement au visage, quelque chose qui annone : « Ne me bousculez pas, je suis cassé(e) »

 

L’UNSA fait remarquer à la Direction Régionale, au-delà des indicateurs quotidiens, hebdomadaires, mensuels…qui passent du vert au rouge, qu’il serait intéressant d’avoir une vision globale de la situation et qu’il est contradictoire de demander aux ELD d’impliquer les agents sur la qualité de service sur du moyen ou du long terme et par opposition de travailler sur des indicateurs à court, voire très court terme… 

 

La vision d’avenir n’est pas uniquement sur les chantiers en cours qu’il faut coûte que coûte mettre en place. L’avenir c’est demain, pouvoir recevoir les Demandeurs d’Emploi dans de bonnes conditions, pouvoir les indemniser à temps, pouvoir remercier les agents qui font un travail exemplaire…

 

Dans une période des plus compliquée, arrêtons de comparer les résultats, agences par agences, DT par DT…. D’autant plus que nous savons que les agences sont dotées de moyens humains trop différents pour être comparés. Les recrutements, les mouvements, font bouger les compétences, et si certaines agences sont en difficulté, cela peut être causé par des réattributions de zones géographiques sans moyen d’ajustement. 

 

Parlons plutôt d’entraide, parlons plutôt de soutien, parlons mutualisations, parlons recrutement…. 

 

Quelles sont les solutions que nous propose la Direction Régionale ???? Nous les attendons avec impatience !!!

Réunion sur l’OATT : ce qu’il faut retenir !

 

Nous étions « invités » ce mercredi 22/10 à 10h à participer à une réunion à la DR afin d’évoquer la possibilité de signer un accord régional sur l’OATT, aménageant nos horaires de travail actuels.

 

Pour rappel, Midi-Pyrénées, fait partie des 2 seules régions à avoir opté pour l’accord national, n’ayant pu trouver de consensus avec l’ensemble des Organisations Syndicales.

 

Aujourd’hui, les horaires de travail sont les suivants :

 

Début de la plage variable : 8h

Plages fixes :

Du lundi au jeudi : 9h – 12h / 14h - 16h

Le vendredi : 9h – 12h / 14h – 16h

Fin de la plage variable : 18h

 

La Direction Régionale nous prévient en préambule que seul l’article 5 relatif aux horaires sera abordé et nous  soumet sa proposition à savoir :

 

Début de la plage variable : 8h

Plages fixes

Du lundi au jeudi : 9h – 11h45 / 14h15 - 16h

Le vendredi : 9h – 11h45 / 14h15 – 15h30

Fin de la plage variable : 18h

 

Certaines OS (non demandeuses d’un changement et satisfaites de l’accord national, mais oui vous avez bien lu !) se manifestent alors en indiquant qu’il ne pourrait y avoir de négociation possible. En effet, la direction tiendra compte nos propositions (faites lors du tour de table) et, reviendra, dans une dizaine de jours, vers les OS représentatives pour signature d’un accord régional, après passage en CE et CHSCT.

 

Etant donné que nous souhaitons vivement obtenir un accord régional reprenant les souhaits de chacun de vous, L’UNSA a fait la proposition suivante :

 

Début de la plage variable : 7h45

Plages fixes :

Du lundi au jeudi : 9h – 11h45 / 14h - 16h

Le vendredi : 9h – 11h45 / 14h – 15h30

Fin de la plage variable : 18h

 

 

Cependant nous comprenons rapidement que l’ouverture à 7h45 ne convient pas à tous, du fait semble t il de l’obligation faite à l’encadrement d’être présent sur l’amplitude de la plage variable. Il en va de même pour la plage fixe du vendredi à 15h30….

 

Cherchez l’erreur sachant qu’une majorité de régions en France (Aquitaine, Languedoc Roussillon, Poitou-Charentes….) a signé ces horaires et s’en porte très bien !!!!

 

 

La NAO
 
Un accord salarial vient d’être signé par les Organisations Syndicales.
Il prévoit :
*  l’augmentation de la partie fixe du salaire de 0 ,5% qui passe de 300 euros à 301.50 euros.
*  l’augmentation du point salaire de 0,5% qui passe de 7.7612 euros à 7.80 euros.
Les salaires des personnels surnuméraires et temporaires seront augmentés dans les mêmes conditions.
L’augmentation sera appliquée sur les salaires d’Octobre 2014 et sera rétroactive à compter du 1er janvier 2014 pour les agents présents au 1er Octobre 2014.

Pôle emploi va généraliser le contrôle des chômeurs ??????
 
Extrait de l’article du Monde du 2/9/2014
En demandant au Pôle emploi de renforcer le contrôle des chômeurs, le ministre du travail et de l'emploi François Rebsamen ouvre la voie à l'organisme pour généraliser une expérience menée jusqu'ici dans la plus grande discrétion. Depuis un peu plus d'un an, Pôle emploi a mis en place dans quatre régions (Poitou-Charentes, Basse-Normandie, PACA et Franche-Comté) des équipes de conseillers spécialement dédiés au contrôle de la recherche d'emploi des chômeurs. Un sujet sensible en interne, tant les conseillers qui suivent au quotidien les demandeurs d'emploi sont souvent réticents à les sanctionner. En mettant en place ces équipes dédiées, la direction comptait se débarrasser de ces réticences.
 
 
Les propos équivoques du ministre du Travail sur I-télé le mardi 2 septembre concernant le développement du contrôle des chômeurs par Pôle Emploi ont suscité de nombreuses réactions. Au moment où le chômage vient de franchir un malheureux nouveau record, laisser croire que les responsables pourraient en être les chômeurs eux-mêmes parce qu'ils ne chercheraient pas de travail était en effet particulièrement choquant.
 
Pour l'UNSA, la question de l'emploi et, dans ce cadre, du rôle de Pôle Emploi, méritent autre chose que ces polémiques simplistes.
 
 
1) Rappelons cette évidence : si le chômage s'accroît en France, c'est en corrélation avec une activité économique au niveau zéro. Dans ce contexte, non seulement le rapport entre créations et destructions d'emplois est fortement négatif, mais encore le caractère précaire des emplois proposés s'accroit. Structurellement, c'est l'emploi qui manque massivement, pas le " courage " des chômeurs. C'est pourquoi l'UNSA se bat pour inverser la tendance et qu'avec le pacte de responsabilité, l'emploi, l'investissement, la formation, les classifications soient développés de façon volontariste.
 
 
2) Au regard des emplois existants et de leur accès, l'UNSA pense que des progrès sont indispensables. Le rôle de Pôle Emploi doit, dans cette optique, encore évoluer vers plus d'accompagnement personnalisé ce qui suppose que ses agents en aient les moyens qualitatifs et quantitatifs, la création déjà obtenue de 4.000 postes y contribuant significativement. Le contrôle, dès lors qu'il participe bien aussi de cet objectif, peut être utile, la question d'éventuelles sanctions, très minoritaires, devant être abordée sans passion comme doit l'être le problème du non-respect éventuel de toute règle.
 
 
3) La formation est un outil indispensable pour faire face aux évolutions du marché de l'emploi. C'est vrai en matière de formation continue comme en matière de développement de l'apprentissage. Des moyens pour rapprocher le plus possible offre et demande existent, notamment à travers le dispositif de la Préparation Opérationnelle à l'Emploi dont l'UNSA revendique encore la montée en charge.

Information en vue d’une consultation sur le rapport Egalité hommes/femmes

2013

 

L’Etablissement nous a présenté le rapport de situation comparée (RSC) 2013 de la Région Midi-Pyrénées. Au fil des années, ce rapport s’enrichit des demandes faites les années précédentes pour une meilleure étude possible des données.

La commission nous a présenté son analyse ainsi que le plan d’action qu’elle

souhaite mettre en oeuvre et qui porte sur plusieurs axes :

Suivre la déclinaison de l’accord national et veiller à ce que la direction décline l’accord national en Midi-Pyrénées

Sensibiliser les 2270 agent-e-s de PE Midi-Pyrénées à l’égalité pro, aux

stéréotypes et à l’autocensure afin de lever les freins à la mise en place de

l’égalité à PE Midi-Pyrénées

Informer les agent-e-s et faire que chacun-e connaisse ses droits

Améliorer la conciliation vie professionnelle, personnelle et familiale pour

favoriser le mieux être au travail de tou-tes-s.

 

Information en vue d’une consultation sur la suppression de l’accès au 39-49

depuis les agences

 

Dans 5 régions (Bourgogne et Franche Comté, Corse, Rhône Alpes et Ile de

France) il a été testé la suppression depuis les points phone en agence, de

l’accès à l’inscription via le 39-49.

La suppression de l’inscription via le 39-49 concerne uniquement les points

phone en Agence. Les DE sont alors réorientés vers les PILA de ces mêmes

agences et accompagnés en fonction de leur degré d’autonomie dans l’utilisation d’internet dans un souci d’une meilleure complétude du dossier et donc d’une meilleure préparation du DE à son entretien EID.

Les DT doivent donner leur plan de déploiement de cette suppression à la

Direction Régionale sachant qu’au national toutes les régions devront l’avoir mis en place avant fin décembre 2014.

Pour l’UNSA, nous sommes favorables à cette décision, dès lors que :

les personnes qui accompagneront les DE manient bien l’outil d’inscription

informatique

un accompagnement sur les bornes PILA soit bien mis en place sur toute la

journée notamment dans les agences à fort flux.

De plus nous souhaitons avoir connaissance du taux d’inscription par le 39-49

ou par Internet pour connaître et analyser l’incidence de la suppression de

l’accès du 39-49 depuis les agences. La Direction s’engage à nous transmettre

ces données.

 

Information : Dispositif d’accompagnement des jeunes

 

Les dispositifs « ANI jeunes » et « Clubs ZUS » ont démontré la qualité du travail réalisé par Pôle Emploi.

Dans notre région, à compter de septembre, Pôle Emploi va inscrire durablement dans son offre de service un accompagnement intensif à la recherche d’emploi en direction des jeunes.


Cet accompagnement concernera tous les jeunes de moins de 26 ans, quelque

soit leur niveau de formation, rencontrant des difficultés d’accès à l’emploi

durable et qui ont besoin d’un accompagnement très soutenu dans leurs

démarches.

En agence, le conseiller qui s’occupera de ce public aura un portefeuille de 50 à

70 jeunes et aura 100% de son temps de travail dédié à cette activité.

Il devra être en capacité de mener un accompagnement intensif de demandeurs d’emploi en difficulté d’accès à l’emploi et d’intervenir fortement en direction de l’entreprise (prospection, promotion de profils, négociation, suivi dans l’emploi).

Les conseillers PE qui souhaitent suivre ces jeunes devront le faire savoir à leur ELD.

Les postes seront diffusés pour la prochaine CPL du 30 septembre.

 

Pour l’UNSA que l’ANI jeune qui s’arrête soit remplacé par une autre mesure en
faveur des jeunes publics qui rencontrent des difficultés à intégrer le marché de l’emploi est un point très positif.
Nous nous félicitons de la mise en place de cet accompagnement intensif qui
combine à la fois accompagnements individualisés et club collectif.

 

 

RAPPEL SUR LES REMONTES D'INCIDENT


Depuis début avril, vous n’avez plus besoin de passer par un membre de l’E.L.D pour faire une remontée d’incident.
En effet, suite à la mise en place de l’outil LISA, la Direction Régionale de Midi-Pyrénées a souhaité mettre à disposition de tous, l’équivalent d’une «main courante électronique» afin de simplifier les démarches.

 

ARTICLE 5 DE L'ACCORD OATT ( PLAGES FIXES ET VARIABLES)


Le 2 avril dernier, les organisations syndicales ont rencontré le D.R afin de discuter de l’article 5 de l’accord OATT.
Petit rappel sur ce qui est actuellement mis en place en Midi-Pyrénées:
- Plages fixes -> 09H – 12H // 14H – 16H
- Plages variables -> 08H – 09H // 12H – 14H // 16H – 18H


Voici les positions de chaque syndicat:


- CFDT= Proposition calquée sur l’OATT de l’Aquitaine, sauf que cette région n’a rien à voir avec Midi-Pyrénées étant donné qu’elle a beaucoup moins de sites et qu’ils font au minimum la taille de Jolimont…
- CGT + SNU + FO = Pourquoi renégocier cet article en particulier et non pas tout l’accord? = tout ou rien.
- UNSA = Alerte sur la faisabilité d’appliquer une plage variable le vendredi à partir de 15H00 - mémorisation du temps contraint, nombreuses absences liées aux temps partiels et aux plans sénior ce jour là: tension potentielle entre collègues.
*Contre l’arrivée à 07H45, car risque d’heures écrêtées ; obligation des cadres
d’arriver aussi tôt ; contrôle de ce qui se fera entre 07H45 et 08H30 ; disponibilité des agents de la D.R le vendredi après 15H…
*Pour un horaire variable sur la plage méridienne, c’est-à-dire à 11H45.

 

COCI : CADRE OPERATIONNEL DU CONTRÔLE INTERNE


Nous vous rappelons que l’appel à mission pour le contrôle interne se clôture le 15 juin
Les candidatures sont à communiquer au service Maîtrise des Risques Contrôle Interne.

 

LANCEMENT DE LA CAMPAGNE E.P.A


La Direction des Ressources Humaines ouvre la nouvelle campagne des Entretiens Professionnels Annuels (EPA) pour 2014.
La ligne managériale a été accompagnée lors d’une information (visioconférence ou réunion) entre le 14 et le 25 avril.
Cette opération se déroule via l’outil SIRH : module E.P.A disponible dans le Libre-service.
Les entrevues individuelles auront lieu entre mai et septembre 2014.
Nous vous rappelons d’être vigilants sur le suivi des formations demandées non réalisées ou à réaliser en cours d’année. En effet, si elles n’ont pas été validées dans le plan pluriannuel vous devez reformuler votre demande lors de l'EPA.

 

Vous pouvez trouver des informations complémentaires et les grilles d'évaluation dans notre rubrique: UNSA UTILE

FORMATION A LA CONVENTION UNEDIC 2014

 

Tous les agents de Midi-Pyrénées s’apprêtent à être formés à notre nouvelle Convention d’Assurance Chômage.

 

           - Les conseillers Intermédiation, qui informent les demandeurs d’emploi, auront 1 journée d’apprentissage entre le 15 juin et le 4 juillet + 1 autre de débriefing entre le 25 août et le 30 septembre.

           - Les Double compétences + Gestionnaires Des Droits, qui informent et traitent, auront quant à eux 2 jours consécutifs d’assimilation entre le 15 juin et le 4 juillet.

 

 

NOUVELLE CLASSIFICATION

 

Enjeu politique

 

Les organisations syndicales unanimes alertent le personnel de Pôle Emploi sur la négociation de la classification des emplois au sein de notre établissement, qui doit dans l’intérêt de tous se traduire par une réelle reconnaissance et valorisation des métiers et qualifications.

Or, la Direction Générale entend boucler les discussions début juillet et ouvrir l’accord à signature début septembre, avec un repositionnement immédiat des agents dans les nouveaux emplois et une mise en œuvre dès janvier 2015.                                                                                                                                                             Pourtant, il ne reste plus officiellement que 2 séances de négociation et énormément de domaines demeurent obscurs.

C’est pourquoi, l’ensemble des syndicats revendique:

-          la prise en compte de l’expérience acquise par chacun et chacune,

-          des règles de repositionnement claires pour chaque salarié dans la nouvelle classification,

-          une véritable possibilité de recours suite au repositionnement en cas de désaccord,

-          un véritable déroulement de carrière avec des critères objectifs et opposables,

-          le maintien des dispositions de la CCN pour les accords locaux existants qui continueront à s’appliquer en ce qu’ils comporteraient des dispositions plus favorables,

-          un budget à la hauteur de l’enjeu (car l’augmentation de 1% de la masse salariale octroyée au projet est minimaliste),

-          la détente du calendrier de négociation imposé par la direction.

Principaux changements à retenir:

-          9 niveaux (A -> I) qui remplacent les  indices

•          A -> D            = Agents (Employés – Techniciens)

•          E          = Agents de maîtrise

•          F -> I   = Cadres

-          4 échelons par niveau

 

Mouvement général

 

Toutes les organisations syndicales appellent à un mouvement de cessation de travail le 19 juin prochain. Mobilisons nous !